Science & Tech

Pour comprendre les modifications de l’habitat sur la planète, il faut comprendre les changements dans la forêt boréale canadienne, y compris dans les régions les plus nordiques

  • Dec 13, 2013
  • 409 words
  • 2 minutes
Expand Image
Advertisement

Alors que la forêt pluviale amazonienne retient beaucoup l’attention des environnementalistes, la grande forêt boréale canadienne existe dans une obscurité relative, néanmoins, elle séquestre le carbone, absorbe les gaz à effet de serre et contribue à la régulation du climat mondial.

S’étendant du Yukon jusqu’à Terre-Neuve et couvrant trois millions de kilomètres carrés, la forêt boréale du Canada est l’une des plus grandes et des plus importantes du monde. Et selon Serge Payette, professeur à l’Université Laval, elle est en changement.

Jadis, les épinettes noires dominaient la limite nord de la forêt boréale, mais aujourd’hui on retrouve surtout des boisés de lichen et le couvert arboré ne représente plus que 15 à 25 % du paysage, dit Payette qui étudie cette forêt depuis les années 1970. Selon lui, le problème tient à l’augmentation des feux de forêt et aux mauvaises conditions du sol qui inhibent la régénération forestière.

En outre, l’augmentation des températures annuelles moyennes entraîne le recul du pergélisol. « Partout au pays, le pergélisol s’est rapidement détérioré et, depuis le milieu des années 1990, le processus s’accélère », dit Payette. Cela perturbe la forêt, car quelque 40 pour cent de sa superficie repose sur le pergélisol.

Finalement, les insectes nuisibles que contrôlait l’hiver boréal glacial se propagent avec l’augmentation des températures.

La bonne nouvelle, dit Payette, c’est que la forêt boréale est un écosystème remarquablement robuste et résilient. « Elle s’adapte bien au changement. Des essences forestières comme l’épinette noire ont une vaste répartition géographique et sont très robustes. »

Mais la forêt boréale peut-elle résister à toutes les perturbations éventuelles? « Éclosion de la tordeuse de l’épinette, feux, dégradation du pergélisol et coupe des arbres, tout cela pourrait dépasser les bornes », prévient Payette. « Des perturbations en cascade pourraient complètement transformer la forêt. »

Serge Payette qui, en 2011, a reçu le prestigieux prix de la famille Weston pour les réalisations de toute une vie dans le domaine des études nordiques, démontre que tout comme la forêt pluviale amazonienne, il faut comprendre les changements dans la forêt boréale et leurs conséquences sur la planète.

Voici le plus récent billet d’un blogue sur les questions polaires et la recherche connexe présenté par Canadian Geographic en partenariat avec la Commission canadienne des affaires polaires. Le Blogue polaire sera affiché en ligne et certains billets seront publiés dans de prochains numéros du magazine. Pour de plus amples renseignements sur la CCAP, veuillez visiter polarcom.gc.ca.
Expand Image
Expand Image
Advertisement

Related Content

History

L’histoire inédite de la Compagnie de la Baie d’Hudson

Une rétrospective des débuts de l’institution fondée il y a 350 ans, qui revendiquait autrefois une part importante du globe

  • 5168 words
  • 21 minutes
teachers caring for students sick with the Spanish Flu

History

La grande faucheuse

L’histoire méconnue de la grippe espagnole de 1918 et notre état de préparation à la prochaine grande pandémie

  • 3647 words
  • 15 minutes

Travel

Comment arrêter une ruée vers l’or

Un nouveau mouvement créateur de pôles touristiques florissants dans tout le Canada – la durabilité, un exemple à la fois

  • 4003 words
  • 17 minutes

People & Culture

Douze photographes canadiens partagent la nature qu’ils adorent

Nous avons demandé à certains des photographes les plus remarquables du Canada d’expliquer pourquoi ils dédient leur temps à capter des images de la nature. Voici ce qu’ils ont révélé.

  • 5125 words
  • 21 minutes