Science & Tech

Comment une expérience canadienne novatrice explore-t-elle les effets possibles des changements climatiques dans l’Arctique?

  • Jun 03, 2014
  • 449 words
  • 2 minutes
Expand Image
Advertisement

Quelle sera l’incidence des changements climatiques sur les écosystèmes de la toundra arctique? Depuis vingt ans, Greg Henry, chercheur de l’Université de la Colombie-Britannique, tente de résoudre cette question. Comment? Par une expérience simple quoiqu’efficace qui utilise des chambres de Plexiglas d’un mètre carré, sans couvercle, que l’on dépose sur la toundra pour augmenter la température au sol de quelques degrés et simuler un climat plus chaud.

Depuis 1992, Henry et ses stagiaires utilisent ces chambres pour réchauffer sept écosystèmes sur l’Île d’Ellesmere (Nunavut) et au lac Daring (Territoires-du-Nord-Ouest) afin de comprendre comment réagissent les plantes individuelles et différents peuplements végétaux.

D’autres scientifiques de par le monde ont reproduit cette expérience. Selon les données, pour bien des espèces, un climat plus chaud favorise la santé et la robustesse des plantes individuelles et celles-ci fleurissent tôt et produisent de grandes graines fertiles. À l’examen de peuplements entiers de végétaux, on note encore plus de changements complexes.

« En matière de biodiversité, nous avons découvert que les plantes ligneuses, comme les buissons, prennent le dessus », dit Henry. « Elles augmentent leur empreinte et leur biomasse, et font de l’ombre ce qui, en retour, entraîne le retrait des plantes rampantes, comme la mousse et le lichen. »

Une toundra de plus en plus ligneuse pourrait augmenter la température au sol : bien que les arbustes absorbent davantage de CO2 que la mousse ou le lichen — atténuant ainsi les effets du réchauffement climatique causé par les GES —, leurs feuilles et leurs branches foncées absorbent également plus de chaleur du soleil.

« On avance que si la surface passe d’une toundra pâle avec graminées, lichen et mousse, à une surface foncée composée d’arbustes, l’effet de réchauffement correspondrait au doublement de la quantité de CO2 dans l’atmosphère », dit Henry.

Cependant, à l’extérieur des chambres de réchauffement, il y a d’autres facteurs à considérer — particulièrement les caribous et les b?ufs musqués. Ces grands herbivores consomment des tonnes de végétation par année et de nouvelles recherches suggèrent qu’ils pourraient contribuer à limiter la propagation des arbustes observée par Henry et ses collaborateurs.

Les recherches de Henry illustrent comment l’ingéniosité, la surveillance à long terme et la coordination internationale peuvent améliorer notre compréhension des changements dans l’Arctique — des changements qui touchent toute la planète.

Voici le plus récent billet d’un blogue sur les questions polaires et la recherche connexe présenté par Canadian Geographic en partenariat avec la Commission canadienne des affaires polaires. Le Blogue polaire sera affiché en ligne toutes les deux semaines et certains billets seront publiés dans de prochains numéros du magazine. Pour de plus amples renseignements sur la CCAP, veuillez visiter polarcom.gc.ca.
Expand Image
Expand Image
Advertisement

Related Content

History

L’histoire inédite de la Compagnie de la Baie d’Hudson

Une rétrospective des débuts de l’institution fondée il y a 350 ans, qui revendiquait autrefois une part importante du globe

  • 5168 words
  • 21 minutes

Travel

Comment arrêter une ruée vers l’or

Un nouveau mouvement créateur de pôles touristiques florissants dans tout le Canada – la durabilité, un exemple à la fois

  • 4003 words
  • 17 minutes
teachers caring for students sick with the Spanish Flu

History

La grande faucheuse

L’histoire méconnue de la grippe espagnole de 1918 et notre état de préparation à la prochaine grande pandémie

  • 3647 words
  • 15 minutes

Kids

Des élèves du primaire découvrent leur pied marin grâce au programme d’éducation pilote de la Garde côtière canadienne

Le programme Adopter un navire a transporté les élèves sur une tournée virtuelle en arrière-scène avec des équipages et du personnel de la Garde côtière. 

  • 1699 words
  • 7 minutes