This article is over 5 years old and may contain outdated information.

Science & Tech

Un spécialiste de l’Arctique tente de réduire l’incidence des contaminants traces dans les aliments traditionnels

  • Mar 27, 2014
  • 396 words
  • 2 minutes
Expand Image
Advertisement

Pour les Inuits qui vivent près de l’océan Arctique, la chasse et la pêche sont un moyen de subsistance et se révèlent essentielles à la vie communautaire et à la culture. Mais les aliments traditionnels, quoique frais et hautement nutritifs, ont un prix : le mercure et d’autres contaminants environnementaux transportés jusqu’aux régions polaires par le vent et les courants océaniques se concentrent dans les prédateurs au sommet de la chaîne alimentaire, y compris mammifères marins et poissons qui composent le gros du régime inuit.

Et s’il était possible de consommer la même quantité de viande et d’éviter les contaminants?

Catherine Girard, chercheuse à l’Université de Montréal, a mesuré le taux de mercure d’aliments traditionnels provenant de Resolute Bay (Nunavut) et a donné ces aliments à un estomac artificiel —simulation d’un estomac humain en laboratoire — pour voir combien de mercure demeure dans l’organisme après la digestion, et s’il était possible de réduire les taux d’absorption. Elle a aussi préparé les échantillons contaminés de plusieurs façons et a ajouté d’autres aliments au mélange pour vérifier s’ils modifiaient les taux d’absorption du mercure (bio-accessibilité en termes scientifiques). Girard a découvert que la technique de cuisson et les pratiques alimentaires pouvaient influencer la capacité d’absorber le mercure.

« Les travaux préliminaires menés au laboratoire sur la digestion indiquent que la consommation de thé avec le poisson contaminé peut réduire l’exposition au mercure », explique-t-elle. « En fait, nous avons été étonné de voir à quel point le thé réduisait sa bio-accessibilité. » Il s’agit d’un heureux hasard, car les Inuits sont parmi les plus grands consommateurs de thé au monde.

Girard ajoute que malgré la nature préliminaire de ses recherches, il pourrait s’ensuivre de nouvelles directives sur la consommation sécuritaire des aliments traditionnels — des pratiques exemplaires sur la préparation des aliments, et quoi boire et manger en accompagnement. Cela profitera aux nombreux Inuits pour qui « manger local » signifie chasser et pêcher sur la mer et la banquise.

Voici le plus récent billet d’un blogue sur les questions polaires et la recherche connexe présenté par Canadian Geographic en partenariat avec la Commission canadienne des affaires polaires. Le Blogue polaire sera affiché en ligne toutes les deux semaines  et certains billets seront publiés dans de prochains numéros du magazine. Pour de plus amples renseignements sur la CCAP, veuillez visiter polarcom.gc.ca.
Expand Image
Expand Image
Advertisement

Are you passionate about Canadian geography?

You can support Canadian Geographic in 3 ways:

Related Content

History

L’histoire inédite de la Compagnie de la Baie d’Hudson

Une rétrospective des débuts de l’institution fondée il y a 350 ans, qui revendiquait autrefois une part importante du globe

  • 5168 words
  • 21 minutes

Science & Tech

Tirer profit du savoir local pour améliorer la sécurité alimentaire dans l’Arctique

Nourrir une famille dans l’Arctique coûte cher. Le coût élevé du transport de marchandises en provenance du Sud entraîne des prix élevés en épicerie où un contenant…

  • 650 words
  • 3 minutes

Exploration

Le roi de la plongée

Souvenir d’un périple sous la glace lors de la venue du roi Charles III dans le passage du Nord-Ouest en 1975

  • 2974 words
  • 12 minutes

Science & Tech

De nouvelles recherches sur le mouvement de mammifères marins dans l’Arctique visent à assurer le maintien d’aliments traditionnels inuits

Pour les Inuits de l’archipel Arctique, le narval et la baleine boréale sont des aliments traditionnels dont la chasse annuelle se fait quand leur parcours migratoire les…

  • 440 words
  • 2 minutes