Science & Tech

Comment l’économie, l’environnement et l’innovation pourraient-ils favoriser le retour du dirigeable, particulièrement pour le transport du fret dans l’Arctique canadien?

  • Feb 07, 2014
  • 425 words
  • 2 minutes
Expand Image
Advertisement

Est-il possible que les dirigeables modernes — descendants d’aéronefs comme le massif « Snow Goose » des Forces navales américaines qui avait fait sursauter des Inuits lors de son périple dans le Grand Nord en 1958 — puissent représenter l’avenir du transport dans l’Arctique? Absolument, dit Barry Prentice, économiste des transports de l’Université du Manitoba. Alors que la catastrophe du Hindenberg, la Deuxième guerre mondiale et les réacteurs ont tous contribué à sonner le glas de l’ère du dirigeable, les conditions sont maintenant propices à son retour comme moyen de transport viable, particulièrement dans le Nord.

« Lors de la fabrication des premiers réacteurs, le carburant était abordable, la vitesse un atout, et les émissions atmosphériques ni l’environnement n’étaient un enjeu », souligne Prentice. « Aujourd’hui, tout a changé. L’environnement importe, le carburant est coûteux et la vitesse ne compte plus pour le transport des marchandises. L’expédition du fret par jet à 500 milles à l’heure n’est que gaspillage. »

En effet, dit Prentice, les dirigeables à hélium en développement pourront transporter le fret à environ un quart du coût par aéronef à voilure fixe, tout en générant une fraction des émissions nuisibles. Et c’est dans l’Arctique canadien que les conditions économiques et environnementales sont les plus propices au retour du dirigeable.

« Les routes de glace ne sont plus fiables, et l’expédition de fret par avion et le coût de construction de routes tous temps sont exorbitants », note Prentice. Et contrairement au navire de charge, on pourrait utiliser les dirigeables toute l’année. Prentice prédit qu’en raison du réchauffement climatique, du renforcement des réglementations sur les émissions et de la probabilité du maintien des prix élevés de l’énergie, les premiers dirigeables de fret commerciaux entreront en fonction d’ici deux ans et offriront des services de transport dans le Nord peu après.

« Il nous faut absolument trouver une solution pour le Nord et, tôt ou tard, nous nous tournerons vers les dirigeables, car il s’agit de l’option la plus logique », déclare Prentice. Plutôt que de faire sursauter, les descendants du « Snow Goose » pourraient dorénavant aider les Inuits à réduire les coûts élevés du transport dans leurs collectivités.

Voici le plus récent billet d’un blogue sur les questions polaires et la recherche connexe présenté par Canadian Geographic en partenariat avec la Commission canadienne des affaires polaires. Le Blogue polaire sera affiché en ligne toutes les deux semaines et certains billets seront publiés dans de prochains numéros du magazine. Pour de plus amples renseignements sur la CCAP, veuillez visiter polarcom.gc.ca.
Expand Image
Expand Image
Advertisement

Related Content

History

L’histoire inédite de la Compagnie de la Baie d’Hudson

Une rétrospective des débuts de l’institution fondée il y a 350 ans, qui revendiquait autrefois une part importante du globe

  • 5168 words
  • 21 minutes
teachers caring for students sick with the Spanish Flu

History

La grande faucheuse

L’histoire méconnue de la grippe espagnole de 1918 et notre état de préparation à la prochaine grande pandémie

  • 3647 words
  • 15 minutes

People & Culture

Douze photographes canadiens partagent la nature qu’ils adorent

Nous avons demandé à certains des photographes les plus remarquables du Canada d’expliquer pourquoi ils dédient leur temps à capter des images de la nature. Voici ce qu’ils ont révélé.

  • 5125 words
  • 21 minutes

Travel

Comment arrêter une ruée vers l’or

Un nouveau mouvement créateur de pôles touristiques florissants dans tout le Canada – la durabilité, un exemple à la fois

  • 4003 words
  • 17 minutes