Science & Tech

Un programme qui envoie des jeunes du Nord canadien en Afrique change des vies

  • Mar 07, 2014
  • 449 words
  • 2 minutes
Expand Image
Advertisement
Expand Image

Il y a deux ans, Trina Qaqqaq, Inuite de 17 ans du lac Baker (Nunavut), est allée au Botswana en tant que membre d’une délégation de Northern Youth Abroad (NYA), organisme sans but lucratif, basé à Ottawa, qui offre aux jeunes du Nunavut et des Territoires-du-Nord-Ouest l’occasion de participer à des projets de développement communautaire en Afrique.

Quitter son village de moins de 2000 habitants et transiter par les aéroports animés de Montréal, Paris (France) et Johannesburg (Afrique du Sud) fut très formateur en soi, mais c’est seulement une fois qu’elle a commencé à travailler comme bénévole à la reconstruction d’une garderie incendiée au Botswana, et à aider des enfants africains atteints du VIH/SIDA qu’elle a compris à quel point son expérience avec NYA changerait sa vie.

« Dans notre communauté d’accueil au Botswana, il n’y avait pas d’eau courante, mais les gens étaient néanmoins heureux et reconnaissants de ce qu’ils avaient », explique Qaqqaq. « Cela a changé ma vision de la vie et m’a fait apprécier ce que l’on tient pour acquis au Canada, même dans un lieu comme le lac Baker où on a parfois l’impression qu’ils manquent bien des choses. »

En outre, elle a été touchée par la nature accueillante, la chaleur et la grande curiosité des enfants africains avec lesquels elle travaillait. « Une des Africaines voulait que je chante », se rappelle-t-elle. « Je lui ai demandé pourquoi et elle m’a dit qu’elle aimait tout simplement le son de ma voix, si différente de la sienne. »

Aujourd’hui, Qaqqaq fréquente l’université à l’Île-du-Prince-Édouard (93 pour cent des participants aux programmes de NYA finissent leur secondaire et beaucoup d’entre eux font des études postsecondaires) et veut devenir animatrice chez NYA, car elle désire participer à l’orientation de nouvelles cohortes de bénévoles.

« J’aimerais continuer à participer à NYA et à travailler avec des enfants en Afrique », ajoute-t-elle. « Je recommande cet incroyable programme à tous. »

En effet, le programme permet aux jeunes des villages arctiques isolés du Canada d’entrer en lien avec une communauté mondiale plus large et favorise l’épanouissement de ces jeunes et de leurs communautés grâce à de nouvelles expériences.

Pour de plus amples renseignements sur Northern Youth Abroad, veuillez visiter nya.ca.

Voici le plus récent billet d’un blogue sur les questions polaires et la recherche connexe présenté par Canadian Geographic en partenariat avec la Commission canadienne des affaires polaires. Le Blogue polaire sera affiché en ligne toutes les deux semaines et certains billets seront publiés dans de prochains numéros du magazine. Pour de plus amples renseignements sur la CCAP, veuillez visiter polarcom.gc.ca.
Expand Image
Expand Image
Advertisement

Related Content

History

L’histoire inédite de la Compagnie de la Baie d’Hudson

Une rétrospective des débuts de l’institution fondée il y a 350 ans, qui revendiquait autrefois une part importante du globe

  • 5168 words
  • 21 minutes
teachers caring for students sick with the Spanish Flu

History

La grande faucheuse

L’histoire méconnue de la grippe espagnole de 1918 et notre état de préparation à la prochaine grande pandémie

  • 3647 words
  • 15 minutes

Kids

Des élèves du primaire découvrent leur pied marin grâce au programme d’éducation pilote de la Garde côtière canadienne

Le programme Adopter un navire a transporté les élèves sur une tournée virtuelle en arrière-scène avec des équipages et du personnel de la Garde côtière. 

  • 1699 words
  • 7 minutes
How the Northern Scientific Training Program helped make Canada an Arctic science heavyweight

Science & Tech

Le programme révolutionnaire qui a contribué au rôle déterminant du Canada en matière de science de l’Arctique

Dans le contexte du changement climatique, le Programme de formation scientifique dans le Nord du gouvernement, établi depuis longtemps, n’a jamais été aussi essentiel

  • 827 words
  • 4 minutes