Science & Tech

L’étude des oiseaux de mer de l’Arctique nous permet de mieux comprendre l’évolution de la pollution dans le Nord et ailleurs

  • Nov 15, 2013
  • 439 words
  • 2 minutes
Expand Image
Advertisement

Chaque été, des millions d’oiseaux de mer migrateurs se rassemblent dans des colonies de nidification dans le Grand Nord canadien — et chaque année, le professeur Mark Mallory de l’Université Acadia (Nouvelle-Écosse) les piste et vole leurs ?ufs.

Bien entendu, il en vole peu; juste assez pour analyser des contaminants comme les BPC et le DDT, le mercure et d’autres produits chimiques éventuellement toxiques. Mallory, un spécialiste des oiseaux de mer de l’Arctique, réalise de telles recherches depuis vingt ans dans des endroits comme le cap Vera de l’île Devon (Nunavut). Ses résultats alimentent une base de données créée au milieu des années 1970 et procurent des données essentielles sur la santé des oiseaux migrateurs et l’environnement marin avoisinant.

« L’Arctique est un puits pour tous ces polluants du Sud », explique-t-il. « Ils se retrouvent dans la chaîne trophique marine, à commencer par les plus petits organismes, le phytoplancton, et montent la chaîne jusqu’au zooplancton, et après aux poissons, et finalement aux oiseaux de mer qui sont des prédateurs supérieurs. » À chaque étape, la concentration de contaminants augmente, ce qui explique pourquoi les ?ufs d’oiseaux de mer sont si révélateurs sur la santé des eaux arctiques.

La bonne nouvelle, dit Mallory, c’est que les niveaux de BPC et de DDT dans les ?ufs d’oiseaux de mer ont chuté considérablement depuis les années 1970. Toutefois, les niveaux de mercure augmentent toujours, tout comme ceux des soi-disant polymères fluorés — des produits chimiques nocifs au plan biologique utilisés dans la fabrication d’une foule de produits, comme les lubrifiants et les produits ignifuges —, mais n’ont pas encore atteint des niveaux létaux ni sublétaux.

Et il y a encore d’autres tendances alarmantes. Le guano riche en nutriments, mais contaminé, qui est lessivé des falaises de nidification et aboutit dans des étangs adjacents forme la base d’une autre chaîne trophique. « Le bruant des neiges se gorge des insectes qui éclosent dans les sédiments des étangs et, par la suite, l’hermine et le renard en font leur proie », dit Mallory. « Ces contaminants marins s’introduisent ainsi dans des chaînes trophiques terrestres. »

Pendant ce temps, d’autres chercheurs comme Mallory poursuivent leurs recherches dans le Nord pour assurer le suivi des répercussions sur l’environnement.

Voici le plus récent billet d’un blogue sur les questions polaires et la recherche connexe présenté par Canadian Geographic en partenariat avec la Commission canadienne des affaires polaires. Le Blogue polaire sera affiché en ligne toutes les deux semaines et certains billets seront publiés dans de prochains numéros du magazine. Pour de plus amples renseignements sur la CCAP, veuillez visiter polarcom.gc.ca.
Expand Image
Expand Image
Advertisement

Related Content

History

L’histoire inédite de la Compagnie de la Baie d’Hudson

Une rétrospective des débuts de l’institution fondée il y a 350 ans, qui revendiquait autrefois une part importante du globe

  • 5168 words
  • 21 minutes

Travel

Comment arrêter une ruée vers l’or

Un nouveau mouvement créateur de pôles touristiques florissants dans tout le Canada – la durabilité, un exemple à la fois

  • 4003 words
  • 17 minutes
teachers caring for students sick with the Spanish Flu

History

La grande faucheuse

L’histoire méconnue de la grippe espagnole de 1918 et notre état de préparation à la prochaine grande pandémie

  • 3647 words
  • 15 minutes
L’Atlas des peuples autochtones du Canada, SGRC, 50 Promenade Sussex, Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, Inuits, Premières Nations et Métis.

People & Culture

La SGRC, en partenariat avec les organismes des premières nations, des Inuits et des Métis, prévoit créer l’Atlas des peuples autochtones du Canada

Ce projet multiplateforme et ambitieux, lancé par les peuples autochtones, sera un outil d’éducation et de réconciliation.

  • 1367 words
  • 6 minutes