Science & Tech

Les secrets des collemboles de l’Antarctique

De minuscules collemboles en Antarctique renseignent les scientifiques sur des changements monumentaux concernant l’environnement
  • Apr 17, 2018
  • 564 words
  • 3 minutes
Polar Knowledge Canada, Antarctica, DNA, springtail, ice, ice shelf, climate change Expand Image

À l’ombre de l’inlandsis massif de l’Antarctique de l’Ouest, de minuscules créatures recèlent des indices sur des changements environnementaux anciens à l’extrême sud du monde – et sur des changements éventuels futurs dans le monde entier.

Ian Hogg, écologiste de Savoir Polaire Canada qui habite Cambridge Bay (Nunavut), travaille avec des scientifiques néozélandais et américains pour fouiller des zones inexplorées de l’Antarctique en quête d’information sur les écosystèmes polaires passés et actuels.

Alors que ses collègues s’attardent aux habitants microscopiques du mince sol antarctique, comme le nématode et le tardigrade à huit pattes, Hogg étudie la géante de cet écosystème : le collembole. Une douzaine de ces arthropodes à six pattes se logerait confortablement dans votre ongle, mais dans l’univers lilliputien des animaux terrestres de l’Antarctique, dit Hogg, « elle est l’équivalent fonctionnel d’un éléphant. »

Expand Image
Un collembole d’un millimètre de long amassé d’un site d’échantillonnage en Antarctique. (Photo : Barry O’Brien)

Ailleurs dans le monde (la puce des neiges, qu’on observe sur la neige au Canada à la fin de l’hiver, est un collembole), des courants fluviaux et océaniques peuvent la transporter d’un endroit à l’autre. Mais en Antarctique, dit Hogg, elle ne bouge pas : « Certaines zones n’ont pas de rives à découvert et très peu d’eaux courantes. Conséquemment, bien des populations de collemboles sont restées coincées au même endroit pendant cinq millions d’années. »

« Par l’examen de leur génétique », explique-t-il, « on peut déterminer pendant combien de temps différentes populations de collemboles ont été séparées les unes des autres. » Ces données permettent aux scientifiques de mieux comprendre pendant combien de temps certaines régions de l’Antarctique ont été isolées et, comme la glace est l’élément qui sépare les collemboles, ces résultats éclairent aussi le comportement des inlandsis. 

Les recherches de l’équipe étayent des données géologiques voulant que l’inlandsis de l’Antarctique de l’Ouest – qui fait deux kilomètres d’épaisseur et presque la superficie du Nunavut – se soit effondré il y a environ 5 millions d’années. Cet effondrement a permis à certaines populations de collemboles de se mélanger et d’élargir leur patrimoine génétique. L’inlandsis est ensuite revenu et durant le dernier million d’années, il s’est effondré et est revenu une autre fois, mélangeant et séparant chaque fois les populations de collemboles.

Les glaciologues suggèrent que l’inlandsis, dont la masse a diminué ces dernières décennies à cause du réchauffement climatique, pourrait s’effondrer de nouveau. Et cet écosystème terrestre, où le collembole est roi, pourrait constituer pour les écologistes une fenêtre rare et plus claire sur le fonctionnement d’un écosystème. « Comparativement à l’Arctique, avec sa plus grande biodiversité et ses nombreux petits et gros animaux », dit Hogg, « les systèmes antarctiques sont simples et comptent peu d’éléments. Conséquemment, nous pouvons mieux comprendre leur mode de fonctionnement – et en élucidant leur histoire, nous pouvons déterminer comment ils pourraient réagir aux changements futurs. Nous pouvons ensuite exploiter ces données et les appliquer à des systèmes plus complexes ailleurs sur Terre. »

Voici le plus récent numéro d’une série de blogues portant sur les questions polaires et la recherche connexe présentée par Canadian Geographic et Savoir polaire Canada, un organisme du gouvernement du Canada qui vise à approfondir les connaissances du Canada relatives à l’Arctique et à fortifier le leadership canadien en ce qui concerne la technologie et la science polaires. Pour en apprendre davantage, visitez canada.ca/fr/savoir-polaire.
Expand Image
Expand Image

Related Content

History

L’histoire inédite de la Compagnie de la Baie d’Hudson

Une rétrospective des débuts de l’institution fondée il y a 350 ans, qui revendiquait autrefois une part importante du globe

  • 5168 words
  • 21 minutes
teachers caring for students sick with the Spanish Flu

History

La grande faucheuse

L’histoire méconnue de la grippe espagnole de 1918 et notre état de préparation à la prochaine grande pandémie

  • 3647 words
  • 15 minutes
L’Atlas des peuples autochtones du Canada, SGRC, 50 Promenade Sussex, Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, Inuits, Premières Nations et Métis.

People & Culture

La SGRC, en partenariat avec les organismes des premières nations, des Inuits et des Métis, prévoit créer l’Atlas des peuples autochtones du Canada

Ce projet multiplateforme et ambitieux, lancé par les peuples autochtones, sera un outil d’éducation et de réconciliation.

  • 1367 words
  • 6 minutes

Kids

Des élèves du primaire découvrent leur pied marin grâce au programme d’éducation pilote de la Garde côtière canadienne

Le programme Adopter un navire a transporté les élèves sur une tournée virtuelle en arrière-scène avec des équipages et du personnel de la Garde côtière. 

  • 1699 words
  • 7 minutes