This article is over 5 years old and may contain outdated information.

Science & Tech

Comment jouir des bienfaits de l’exploitation des ressources de l’Arctique

  • Jan 24, 2014
  • 407 words
  • 2 minutes
Expand Image
Advertisement

Comme une grande partie de l’Arctique canadien, la région du Nunavik au Québec recèle de vastes réserves énergétiques et minérales. De plus en plus, les Inuits jouissent des retombées éventuelles de leur exploitation par la négociation d’accords avec des entreprises dont les projets génèrent des emplois et des possibilités de croissance pour les entreprises locales.

Il est tentant de présumer que la pauvreté disparaîtra de ces collectivités, mais quoique la pauvreté dans le Nord soit en baisse, la réalité est plus complexe.

Selon le sociologue Gérard Duhaime (Université Laval), qui a travaillé avec les autochtones du Nunavik pendant plus de 30 ans pour mettre au point des mesures précises des conditions de vie (récemment à titre de titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la condition autochtone comparée), les bienfaits de l’extraction des ressources profitent aux collectivités les plus près de la mine, mais pas dans la même mesure au sein de chaque collectivité, ni même au sein de tous les membres d’une même collectivité.

« Si une mine décide de négocier seulement avec le village le plus près, plutôt qu’avec tous les villages avoisinants, il s’ensuit une disparité économique », dit-il. De même, en matière d’emploi, « cela accroît la possibilité pour certains ménages de consommer davantage et d’avoir un meilleur niveau de vie ». Mais ceux qui ne peuvent travailler en raison d’un manque de formation ou de compétences, ou que les possibilités n’intéressent pas, seront désavantagés.

Selon Duhaime, cela peut miner le tissu social. « La stratification sociale augmente. Plutôt que de se voir comme un groupe, on se voit appartenir à des classes différentes qui se disputent les mêmes ressources. »

Heureusement, Duhaime voit qu’une nouvelle génération de dirigeants Inuits agit pour relever ces défis, en partie par la négociation d’accords plus équitables et inclusifs avec les entreprises d’exploitation de ressources.

« Je suis assez optimiste », dit le professeur. « La nouvelle génération est d’avis qu’il faut mobiliser la base pour que les choses changent pour le mieux. Ils sont manifestement sur la bonne voie. »

Voici le plus récent billet d’un blogue sur les questions polaires et la recherche connexe présenté par Canadian Geographic en partenariat avec la Commission canadienne des affaires polaires. Le Blogue polaire sera affiché en ligne toutes les deux semaines et certains billets seront publiés dans de prochains numéros du magazine. Pour de plus amples renseignements sur la CCAP, veuillez visiter polarcom.gc.ca.
Expand Image
Expand Image
Advertisement

Are you passionate about Canadian geography?

You can support Canadian Geographic in 3 ways:

Related Content

Science & Tech

Suivi de l’eau fraîche et des polluants dans l’océan Arctique

Comment des polluants comme des ignifugeants et du mercure parviennent-ils dans la chaîne alimentaire de l’océan Arctique? C’est une question cruciale pour les gens du…

  • 757 words
  • 4 minutes
Photo: Mads Peter Heide Jorgensen

Science & Tech

Quel sera l’impact du réchauffement de l’Arctique sur la baleine boréale?

Un siècle après que l’industrie baleinière a presque décimé la baleine boréale, celle-ci se compte de nouveau en grand nombre dans l’Arctique canadien. Toutefois, un…

  • 687 words
  • 3 minutes
Polar Knowledge Canada, Antarctica, DNA, springtail, ice, ice shelf, climate change

Science & Tech

Les secrets des collemboles de l’Antarctique

De minuscules collemboles en Antarctique renseignent les scientifiques sur des changements monumentaux concernant l’environnement

  • 564 words
  • 3 minutes

History

Annulés, mais pas oubliés : les Jeux d’hiver de l’Arctique célèbrent leur 50e anniversaire!

L’année 1970 marquait la naissance des Jeux, créés pour donner aux athlètes nordiques plus d’occasions de s’entraîner et de participer à des compétitions

  • 563 words
  • 3 minutes