• Le 50 promenade Sussex, vu de l’extérieur, autrefois appelé Canada Pavillion-Monde, sera bientôt nommé le Centre de la géographie et de l’exploration. (Photo : gracieuseté de la Commission de la capitale nationale)

    Le 50 promenade Sussex, vu de l’extérieur, autrefois appelé Canada Pavillion-Monde, sera bientôt nommé le Centre de la géographie et de l’exploration. (Photo : gracieuseté de la Commission de la capitale nationale)

Le 24 octobre, la Société géographique royale du Canada et la Commission de la capitale nationale ont déclaré que le bâtiment inoccupé du 50 promenade Sussex, à Ottawa, sera transformé en centre de « géographie et d'exploration ». Cette installation réaménagée servira de siège à la SGRC et de centre d'éducation et de découverte. Cette ouverture sera réalisée en deux étapes : la première sera en 2017 et sera consacrée aux expositions, et la deuxième et dernière aura lieu en 2018.

Voici cinq faits à connaitre concernant l’histoire et l'importance de ce bâtiment emblématique.

Il était construit pour mettre en valeur les réalisations du Canada sur la scène internationale

Visitors explore an exhibit at the Canada and the World Pavilion

Des visiteurs venus explorer une exposition au musée Canada Pavillon-Monde qui était situé au 50 promenade Sussex de 2000 à 2005. (Photo : gracieuseté de la Commission de la capitale nationale)

Le 50 promenade Sussex était construit par la Commission de la capitale nationale en 2000 pour abriter le Canada Pavillon-monde, un forum où les visiteurs pourraient apprendre sur les contributions des Canadiens à la diplomatie internationale, au maintien de la paix, à l'aide, à la science, à la technologie, à l'art et au sport. Ce bâtiment a été fermé en 2005 en raison d’une diminution du taux de fréquentation et à des réductions budgétaires. Mais, ses vastes espaces intérieurs et extérieurs prouvent qu'il est doté de bons équipements qui permettent à la Société géographique royale du Canada de réaliser son mandat, à savoir, mieux faire connaître le Canada aux Canadiens et au monde entier.

En vérité, ce sont deux bâtiments en un

The John Street labs of the National Research Council circa 1937

Les laboratoires du Conseil national de recherches à la rue John vers 1937. (Photo : gracieuseté des archives du Conseil national de recherches du Canada)

Quelques décennies avant la construction du Pavillon, le site abritait un laboratoire du Conseil national de recherches du Canada. Certaines sections de ce laboratoire se trouvent toujours au sous-sol et au rez-de-chaussée du bâtiment. Le CNRC, qui venait d’être créé dans les années 1920 suite à l'intérêt porté à la recherche scientifique de l'après-guerre,   avait reçu une augmentation du budget et avait quitté les quelques pièces qu’il occupait sur la colline du Parlement pour s'installer dans des laboratoires improvisés dans une ancienne usine de pâtes et papiers au parc des chutes Rideau. À l’époque, connu sous le nom de Laboratoire de la rue John, l’édifice a finalement abrité le CNRC où les chercheurs ont commencé à travailler à temps plein et où les premiers travaux de recherches spécialisées ont été menés. Il comprenait également une soufflerie et une usine de fabrication de masques à gaz contre les armes chimiques de guerre.  

Il est entouré de très importants voisins

Map of the area surrounding 50 Sussex Drive

Le bâtiment est situé près du sommet de la promenade Sussex, une importante route de la capitale nationale destinée aux festivités et un lieu où se trouvent quelques-unes des institutions les plus célèbres du pays à savoir l'ambassade de France, le Haut-Commissariat de l'Afrique du Sud et le 24 promenade Sussex, la résidence officielle du premier ministre. La résidence du Gouverneur général est à quelques minutes de marche.

Son emplacement géographique est symbolique

The Rideau Falls

Les chutes Rideau. (Photo : Kevin Collins/Club de photo de Can Geo)

C'est génial de construire une plate-forme destinée à l'éducation géographique et à l'exploration du Canada au confluent de deux rivières historiques! Les chutes Rideau se trouvent où la rivière éponyme rejoint la rivière des Outaouais, qui constitue la frontière entre les deux plus grandes provinces du Canada; une connexion symbolique entre le Canada anglais et le Canada français. Avant la création de la confédération, la rivière des Outaouais et ses affluents ont été empruntés par les peuples autochtones et servaient de route importante pour le passage des marchandises. Plus tard, ils étaient explorés par de célèbres aventuriers, entre autres, Cartier, Brûlé et Champlain. Ce dernier a décrit les chutes Rideau lors de son expédition en 1613. Grâce à une telle description, la première carte géographique du Canada a vu le jour.

La SGRC rivalise avec d'autres organisations géographiques partout dans le monde

The headquarters of the Royal Geographical Society and the National Geographic Society

À gauche : Lowther Lodge, siège de la Société géographique royale de Londres, Grande-Bretagne. À droite : Hubbard Hall, siège de la Société géographique nationale de Washington, D.C. (Photos : Wiki média Commons) 

La Société géographique royale, la Société géographique nationale et la Société géographique royale du Canada, partisans d'une même philosophie, ont choisi des bâtisses de prestige historique et qui sont aussi bien impressionnantes que fonctionnelles. La Société géographique royale a choisi la résidence Lowther Lodge comme siège, un manoir majestueux du 19e siècle fait de briques rouges dans le quartier de Kensington à Londres. Hubbard Hall, le département administratif de la Société géographique nationale à Washington, DC., a été conçu dans un style classique par l'architecte américain Arthur B. Heaton.