History

La trace écrite

Un regard sur le système d’identification utilisé pour contrôler les résidents chinois, à l’occasion du 100e anniversaire de la loi sur l’exclusion des Chinois

  • Published May 19, 2023
  • Updated Sep 29
  • 972 words
  • 4 minutes
[ Available in English ]
Un certificat de taxe d’entrée C.I.5 d’un jeune garçon, Chung Chee Pan, arrivé quelques mois avant l’entrée en vigueur de la loi sur l’exclusion. Il a payé le droit d’entrée de 500 $ et s’est installé à Thunder Bay, en Ontario. (Photo: The Paper Trail Archive: Su Kai Jung/Chee Pan Chung)
Expand Image

Chaque jour du Souvenir, Cecil Yip polissait ses médailles, mettait sa veste de costume marine et se rendait dans le quartier chinois de Vancouver. Il retrouvait ses amis vétérans de l’unité 280 du Pacifique pour participer à la grande parade, parfois les larmes aux yeux, et levait ensuite son verre à la mémoire de leurs camarades tombés au champ d’honneur. M. Yip a fait cela chaque année jusqu’à sa mort, en 1989.

Son grand dévouement impressionnait sa fille, Linda Yip. Toutefois, lorsqu’elle le sondait à propos de sa participation à la Seconde Guerre mondiale, il secouait la tête. « Cela le mettait en colère et le frustrait, se souvient Linda. Il me disait : Tu n’as aucune idée de ce que tu me demandes. Enfant, c’était un sujet tabou que l’on n’abordait pas. »

Une affiche gouvernementale annonçant la Loi de l’immigration chinoise, 1923. (Photo: Library and Archives Canada/E010833850-V8)
Expand Image

Un jour, en fouillant dans les tiroirs de son bureau, elle a trouvé une carte sur laquelle figurait la photo de son père encore bébé et qui provenait du ministère de l’Immigration et de la Colonisation. Étrange, car son père n’était pas un immigré : il est né au Canada. Il y avait un numéro dans le coin supérieur droit et une note en bas qui disait : « Ce certificat n’établit pas un statut légal au Canada. » Lorsque Linda a interrogé son père à ce sujet, il l’a réprimandée pour avoir fouillé dans ses affaires personnelles.

            Il lui faudra des années avant de comprendre ce qu’était ce document : l’un des nombreux certificats délivrés par le gouvernement canadien pour surveiller et contenir les Chinois après la loi sur l’exclusion de 1923. La loi, officiellement connue sous le nom de Loi de l’immigration chinoise, est entrée en vigueur le 1er juillet 1923, jour que les Chinois des environs appelaient le jour de l’humiliation. Cette loi mettait un terme à l’immigration en provenance de Chine, immigration que le gouvernement avait pourtant accueillie favorablement lorsque la construction du chemin de fer transcontinental nécessitait de la main-d’œuvre. Dans certaines villes, les habitants chinois ont mis les drapeaux en berne et accroché des couronnes de deuil aux portes.                

            Il s’est avéré que le système de racisme systémique mis en place nécessitait beaucoup de paperasse. Dans les années qui ont précédé l’exclusion, le gouvernement délivrait déjà divers certificats aux Chinois résidant au Canada, des documents utilisés à des fins diverses, de l’identification à l’autorisation de voyager. Ces documents étaient à la pointe de la technologie et ont été délivrés avec des photographies à partir de 1910, ce qui a constitué la première utilisation massive de l’identification par l’image dans le pays.

            La documentation est devenue encore plus stricte avec la loi sur l’exclusion. Tous les Chinois résidant au Canada avaient l’obligation de s’enregistrer ou de se réenregistrer dans le cadre d’une campagne nationale de grande envergure. « Personne ne pouvait se soustraire à cette loi, explique Catherine Clement, la conservatrice qui recueille les preuves de cette trace écrite pour une exposition au Musée canadien chinois de Vancouver, qui coïncidera avec le 100e anniversaire de la loi. Il y avait des affiches partout, en anglais et en chinois, sur ce qu’il fallait faire. Vous deviez prouver qui vous étiez et justifier vos activités. En cas de non-respect de la loi, le contrevenant était passible d’une amende de 500 $, d’une peine d’emprisonnement ou d’une expulsion du pays. Tout le monde avait peur. »

Un certificat C.I.45 d’un enfant né au Canada, Der Mon Quong de Nelson, en Colombie-Britannique, qui devait s’enregistrer dans l’année, comme l’exigeait la loi sur l’exclusion des Chinois. (Photo: The Paper Trail Archive; Bill Der Family)
Expand Image

Selon Mme Clement, la plupart des documents délivrés ont probablement été perdus ou jetés, à l’insu des descendants ou volontairement par les détenteurs. Elle a entendu dire que certaines personnes, lorsqu’ils ont obtenu la citoyenneté plus tard dans leur vie, ont brûlé ces documents discriminatoires qui avaient autrefois une emprise sur leur vie. « Il s’agissait d’une documentation excessive, d’une surveillance excessive, d’un contrôle excessif et d’une intimidation incroyable », affirme Mme Clement.

            La population chinoise au Canada a lentement diminué au cours des 24 années d’application de la loi, certaines communautés craignant qu’elle ne finisse par disparaître complètement. Au début de l’exclusion, les hommes étaient déjà presque 28 fois plus nombreux que les femmes; les travailleurs qui avaient prévu de faire venir leur femme et de fonder une famille ont vu leurs rêves anéantis.

            En 1947, les résidents chinois ont finalement reçu la citoyenneté. Mais la loi a eu des effets durables, même dans les histoires de famille qui peuvent sembler sans tracas. La mère de Linda lui a raconté son enfance dans le Vancouver des années 1950, où les garçons des quartiers chinois d’autres villes se présentaient à sa porte pour l’inviter à sortir. « Cela ne veut pas dire qu’elle n’était pas une jeune femme séduisante, ce qu’elle était, mais c’était aussi parce que les frontières avaient été fermées », explique Linda.

            Linda, qui est devenue généalogiste professionnelle et a appris à connaître encore plus intimement ce côté sombre de l’histoire, comprend maintenant pourquoi les Chinois nés au Canada, comme son père, souffraient de leur passé. « J’ai vraiment commis une erreur et je n’ai pas compris le traumatisme vécu par mon père, et par son père avant lui. »

            Une citation qui lui tient à cœur est celle de Louey King, un ancien combattant canadien d’origine chinoise comme son père. Il parlait de la prochaine génération de Canadiens d’origine chinoise comme elle : « S’ils ne comprennent pas l’histoire et l’importance de ce que nous avons fait, ils ne seront pas en mesure de défendre nos droits à l’avenir s’ils sont à nouveau supprimés. Ce n’est pas un droit acquis, croyez-moi. Quelqu’un s’est battu pour l’obtenir. »

Advertisement

Le 1er juillet, le Musée canadien de la Chine a inauguré ses nouvelles installations permanentes dans le quartier chinois de Vancouver, 100 ans exactement après l’entrée en vigueur de la loi sur l’exclusion des Chinois. L’exposition The Paper Trail to the 1923 Chinese Exclusion Act a été lancée lors de l’inauguration.

Christopher Cheung (@bychrischeung) est journaliste à The Tyee, où une version de cet article a été initialement publiée.

 

Are you passionate about Canadian geography?

You can support Canadian Geographic in 3 ways:

This story is from the May/June 2023 Issue

Related Content

History

Reflecting on the 1923 Chinese Exclusion Act

On the 100th anniversary of the Chinese Exclusion Act, a look at the system of IDs used to track and control Chinese residents

  • 840 words
  • 4 minutes
Women Ambulance Corps

People & Culture

Heroes of the Dark Years

Preserving and celebrating the history of Chinese Canadians in Canada’s Armed Forces

  • 372 words
  • 2 minutes

People & Culture

On thin ice: Who “owns” the Arctic?

As the climate heats up, so do talks over land ownership in the Arctic. What does Canadian Arctic Sovereignty look like as the ice melts?

  • 4353 words
  • 18 minutes
illegal wildlife trade, elephant foot, ivory, biodiversity

Wildlife

The illegal wildlife trade is a biodiversity apocalypse

An estimated annual $175-billion business, the illegal trade in wildlife is the world’s fourth-largest criminal enterprise. It stands to radically alter the animal kingdom.

  • 3405 words
  • 14 minutes

You may also like

L’Atlas des peuples autochtones du Canada, SGRC, 50 Promenade Sussex, Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, Inuits, Premières Nations et Métis.

People & Culture

La SGRC, en partenariat avec les organismes des premières nations, des Inuits et des Métis, prévoit créer l’Atlas des peuples autochtones du Canada

Ce projet multiplateforme et ambitieux, lancé par les peuples autochtones, sera un outil d’éducation et de réconciliation.

  • 1367 words
  • 6 minutes
L’Atlas des peuples autochtones du Canada, SGRC, 50 Promenade Sussex, Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, Inuits, Premières Nations et Métis.

People & Culture

RCGS partners with First Nations, Inuit and Métis organizations to create Indigenous Peoples Atlas of Canada

Ambitious multi-platform, Indigenous-led project will be a tool for education and reconciliation 

  • 1172 words
  • 5 minutes