People & Culture

Un rappel à notre mémoire : souligner le 70e anniversaire de l’armistice de la Guerre de Corée

Le 27 juillet 1953, un armistice a été signé, mettant fin aux effusions de sang de la guerre de Corée – mais pas à la guerre elle-même. Depuis, des questions ont été soulevées quant à la commémoration du conflit
au Canada et ailleurs.

  • Published Dec 11, 2023
  • Updated Jul 02, 2024
  • 1,362 words
  • 6 minutes
[ Available in English ]
Bernard «Tunny» MacDonald (en costume, à gauche sur la photo) se tient aux côtés de ses frères, qui ont servi pendant la Seconde Guerre mondiale. (Photo reproduite avec l'aimable autorisation de la famille MacLean)
Expand Image

Cet article s’inscrit dans le cadre de Commémorer le Canada, un programme de Patrimoine canadien visant à souligner des moments historiques importants pour les Canadiens. Il donne à Canadian Geographic l’occasion de jeter un regard parfois enthousiaste, parfois critique, sur ces moments de l’histoire.

« C’était un bon garçon, » remarque Alma MacLean, 88 ans, d’Antigonish en Nouvelle-Écosse, en jetant un coup d’œil à une photo de son défunt frère, éternellement jeune. « Mais il était téméraire. ».

C’est ce qui ressort clairement de l’histoire du soldat Bernard « Tunny » MacDonald. Avec Paul, 65 ans, le fils d’Alma, assis de l’autre côté d’une table ornée de souvenirs, la famille évoque de nombreux souvenirs.

Un garçon, l’un des dix frères et sœurs, toujours prêt à taquiner sa sœur.

Un jeune aide-épicier canadien qui, lors de ses livraisons, descendait un peu trop vite la rue Hillcrest avec son cheval et sa charrette.

Alma MacLean (sœur du soldat Bernard «Tunny» MacDonald) se tient entre son fils, Paul, et sa fille, Kim. Une photo du soldat Bernard "Tunny" MacDonald est accrochée au mur derrière eux. (Photo : Annie Bowers – avec l'aimable autorisation de la famille MacLean)
Expand Image
Erin Trenholm, membre de la famille, s'est rendue sur la tombe de Tunny au cimetière des Nations unies à Tanggok, dans la banlieue de Busan, en Corée. (Photo reproduite avec l'aimable autorisation de la famille MacLean)
Expand Image

« Mais il ne s’est jamais attiré d’ennuis, explique Alma. C’est en ce sens qu’on dit qu’il a toujours été un bon garçon… et il servait la messe à la cathédrale. Lorsqu’il est parti en Corée, maman a reçu, après son décès [à l’âge de 20 ans], une lettre de l’aumônier disant que Tunny chantait la messe pour eux chaque fois qu’ils pouvaient avoir une messe. »

Après l’invasion de la Corée du Sud par la Corée du Nord le 25 juin 1950, Tunny, comme de nombreux Canadiens – dont le nombre a fini par dépasser les 26 000 – a répondu à l’appel.

Au cours des trois années suivantes, la force multinationale des Nations unies a mené une lutte acharnée contre les troupes de Kim Il Sung et, plus tard, contre celles de la République populaire de Chine. D’abord marqué par des gains et des pertes rapides, le conflit s’est ensuite enfoncé dans un enlisement qui n’est pas sans rappeler la Première Guerre mondiale.

Le 8 janvier 1953, alors que les pourparlers de paix se poursuivent, peu de membres du Royal Canadian Regiment – stationnés sur la ligne Jamestown qui était depuis longtemps paralysée – ont envie d’être téméraires, conscients de la probabilité de plus en plus grande d’un cessez-le-feu. 

Pourtant, c’est la gentillesse, et non la témérité, qui a marqué les dernières heures de Tunny. 

Lettre d'Erin Trenholm, membre de la famille élargie d'Alma MacLean, qui s'est rendue sur la tombe de Tunny en 2004. (Photo : Annie Bowers – avec l'aimable autorisation de la famille MacLean)
Expand Image

« Il n’était pas censé patrouiller cette nuit-là, raconte Alma. Mais un autre jeune homme rentrait au pays le lendemain, et il ne voulait pas sortir. Ils ont donc demandé des volontaires, et Tunny s’est porté présent. »

Commandée par le lieutenant Dan Loomis, la section n° 7 doit effectuer une reconnaissance d’un ancien avant-poste chinois près d’un terrain surnommé “The Hook” (le crochet). L’ami de Tunny, le soldat de deuxième classe Bill Allan, se joint à la patrouille, avec d’autres.

Au commencement, tout semblait se dérouler comme prévu.

C’est alors que survient l’explosion – un obus de mortier, peut-être, ou un obus d’artillerie.

La patrouille canadienne n’est pas restée assez longtemps pour en déterminer l’origine, mais elle s’est retirée dans un endroit relativement sûr et a fait l’appel.

« Ils ont appelé les noms pour voir si tout le monde était de retour, raconte Alma. Mais l’aumônier a dit qu’il ne savait pas s’ils n’avaient pas appelé le nom de Tunny ou s’ils ne l’avaient tout simplement pas entendu quand on l’a appelé. Quoi qu’il en soit, il n’est pas revenu avec les autres garçons, et le lendemain matin, ils [y compris le soldat Bill Allan] sont partis à sa recherche et l’ont trouvé… Il était mort sur le coup, ce qui nous a consolé d’une certaine manière. »

Le 27 juillet 1953 à 10 heures du matin, six mois seulement après la mort de Tunny, un armistice a été signé entre les deux parties à Panmunjom. Un cessez-le-feu est entré en vigueur 12 heures plus tard, mais la guerre de Corée n’est toujours pas techniquement terminée à la date du 70e anniversaire de la signature de l’armistice, en 2023.

Entre-temps, les militaires rentrant au Canada n’auront pas droit à une grande fanfare. Leurs sacrifices sur une péninsule lointaine n’ont pas galvanisé une nation – ou des nations – de la même manière que la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, dans l’esprit d’innombrables vétérans de la Corée, leurs contributions ont été accueillies dans l’indifférence générale au cours des mois et des années qui ont suivi.

« Il se passe beaucoup de choses au Canada [à l’époque de l’armistice] », note Tim Cook, historien en chef du Musée canadien de la guerre et auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire militaire du Canada. « L’économie est en pleine croissance et des élections sont prévues en 1953… Les Canadiens reprennent le cours de leur vie. »

Une photographie du soldat Bernard «Tunny» MacDonald, qui a été tué six mois seulement avant la signature de l'armistice. (Photo reproduite avec l'aimable autorisation de la famille MacLean)
Expand Image

Ces réalités n’ont pas pu ramener les 516 Canadiens tués au cours du conflit de 1950-1953. Pour les familles des disparus, dont les MacDonald, l’absence d’un mémorial national de la guerre de Corée a rendu la fermeture encore plus difficile.

M. Cook poursuit : « Les deux guerres mondiales dominent toujours le paysage commémoratif au Canada… Il s’agissait de guerres massives, totales, impliquant près de deux millions de Canadiens en uniforme… On ne peut pas en dire autant de la guerre de Corée, et on ne devrait pas en dire autant, et nous ne devrions pas essayer de l’élever au rang d’une circonstance qu’elle n’est pas… Cela ne veut pas dire qu’elle devrait être oubliée. »

Les MacDonald n’avaient pas l’intention de laisser passer la situation.

Dans les années 1990, l’une des sœurs d’Alma, Mary Robertson, a demandé des photographies de la tombe lointaine de Tunny, en sollicitant le soutien de la section locale de l’Association des vétérans de Corée (KVA). La famille recevra ces photos, mais cet appel marquera également le début d’une importante collaboration.

Finalement, Mary a commencé à travailler avec le président de la section dans l’espoir de créer un site commémoratif de la guerre de Corée au Canada. Ce président : Bill Allan, compagnon d’armes et de patrouille de Tunny.

Aujourd’hui dernière de la fratrie MacDonald, Alma se souvient de ce qui s’est passé : « Mary et Bill sont allés au ministère des Anciens Combattants, qui n’avait pas d’argent pour faire quoi que ce soit. Alors [Mary et Bill] ont lancé une campagne de collecte de fonds auprès des Légions du pays […] et ils ont récolté l’argent eux-mêmes. »

Privé de financement public, le nouveau comité des vétérans de la Corée reçoit de nombreux dons en provenance d’organisations militaires, de trusts, de sociétés, de petites entreprises, de clubs, de communautés, de groupes coréens-canadiens, de politiciens et, par-dessus tout, des vétérans eux-mêmes. Avec le temps, on a récolté un total de 300 000 dollars.

Le 27 juillet 1997, à l’occasion du 44e anniversaire de l’armistice, le Mémorial national de la guerre de Corée a finalement été inauguré à Brampton, en Ontario. Situé dans le cimetière de Meadowvale, le mur du souvenir en granit gris porte les noms des soldats tombés au combat, sur un plan incurvé d’environ 60 mètres de long et d’un peu moins d’un mètre de haut.

Pour Mary, qui a assisté à la cérémonie avec sa sœur Helen Arndt et près de 1 600 autres invités, le mur lui a permis de tourner la page, comme elle le souhaitait depuis longtemps. « Il m’a permis de me rapprocher à nouveau de Tunny, a-t-elle déclaré un jour. […] En touchant le mur, j’ai senti qu’il n’était plus en Corée. Nous avons ramené leurs âmes à la maison. »

De retour à Antigonish en 2023, l’esprit de Tunny est aussi vivant ici qu’il l’était lorsque les deux sœurs d’Alma, aujourd’hui décédées, l’ont ressenti au monument commémoratif il y a 26 ans. La neige tombe à l’extérieur de la maison, mais il n’y a rien d’autre que de la chaleur alors qu’Alma raconte la contribution du soldat Bernard MacDonald et l’héritage de la famille dans son ensemble.

Sa fille Kim, 66 ans, est arrivée. Avec Alma et Paul, ils posent tous les trois pour une photo à côté du portrait de Tunny qui trône fièrement dans le salon.

« Il était très beau, note Alma avec un sourire adouci. C’était quelqu’un de bien, même s’il me tirait les cheveux. »

Advertisement

Are you passionate about Canadian geography?

You can support Canadian Geographic in 3 ways:

Related Content

teachers caring for students sick with the Spanish Flu

History

La grande faucheuse

L’histoire méconnue de la grippe espagnole de 1918 et notre état de préparation à la prochaine grande pandémie

  • 3647 words
  • 15 minutes

Mapping

Découvrir Nuna, notre terre

Alors qu’on célébrera les 25 ans d’existence du Nunavut, les Inuits demandent de pouvoir décider de leur avenir.

  • 676 words
  • 3 minutes

History

Guerre sur l’eau

La participation du Canada à la bataille de l’Atlantique, montrée ici, est considérée comme étant son rôle le plus crucial dans la guerre.

  • 460 words
  • 2 minutes
Cite Memoire projection art in Montreal

Travel

Video: Old Montreal comes alive through Cité Mémoire’s projection art

In celebration of the city’s 375th anniversary, Montreal is featuring one of the largest projection art installations in the world

  • 136 words
  • 1 minutes