• De l’angélique pourpre pousse à côté d’une vieille hutte de terre inuite sur East Turnavik Island, près de Makkovik (Labrador)

    De l’angélique pourpre (Angelica atropurpurea) pousse à côté d’une vieille hutte de terre inuite sur East Turnavik Island, près de Makkovik (Labrador). (Photo : Erica Oberndorfer)

Un visiteur dans un lieu isolé sur la côte du Nunatsiavut, la région inuite du Labrador, pourrait s’étonner de découvrir une talle de rhubarbe, mais il verrait là le signe d’une relation multigénérationnelle entre les gens et les plantes dans le Nord. 

« Nombreux sont ceux qui croient que les plantes n’ont aucune importance dans le Nord circumpolaire », dit Erica Oberndorfer, phytoécologiste à l’Institut du Labrador de l’Université Memorial. « Mais les gens ont beaucoup de choses à dire sur les plantes et les plantes ont beaucoup de choses à dire sur les gens, quand on sait où regarder. » 

Oberndorfer, qui a obtenu son doctorat en 2016, a commencé ses recherches doctorales en demandant aux membres de la collectivité inuite de Makkovik, sur la côte du Labrador, près de la transition entre la forêt boréale et la taïga arbustive, des conseils pour choisir son sujet. Les gens ont réagi avec enthousiasme. « Ils souhaitaient que leurs connaissances culturelles relatives aux plantes – particulièrement les connaissances des aînés – soient documentées, dit-elle. Ils désiraient aussi en apprendre davantage sur les plantes qui poussent là où les familles chassent et pêchent. » 

Avec l’aide de l’experte locale Carol Gear et de Todd Broomfield, qui connaît bien la région autour de Makkovik, Oberndorfer a passé près de deux ans à tisser une relation solide avec la collectivité, en rendant visite aux gens et en écoutant leurs histoires sur les plantes. Ensuite, elle est partie avec Broomfield en bateau pour explorer divers sites qu’il lui avait recommandés.

« Après une vie passée sur la terre, on sait où chercher pour trouver, entre autres, un bon port sur une île extérieure ou de l’eau douce – des atouts qui ont attiré les humains là bien avant nous. Nous savons où sont tous les sites, car nous utilisons encore la terre de la même façon », dit Broomfield. 

« Les signes qui indiquent qu’un lieu a été utilisé par les gens il y a longtemps – leurs empreintes sur la terre – sont souvent difficiles à trouver, poursuit Broomfield. Mais si l’angélique pourpre est en abondance quelque part, on peut tout de suite conclure qu’il y avait là une tente ou une hutte de terre. » 

« Habituellement, ces plantes poussent seulement sur le continent, souvent dans des régions riches en calcium, dit Oberndorfer. Mais on les trouve aussi sur des îles au large où les os de phoques et les coquilles de moules, jetés par les gens au fil de générations, ont enrichi le sol de calcium de magnésium et de phosphore. »

Ailleurs, des bouquets de saules luxuriants se distinguent de la végétation environnante clairsemée. Poussant dans un sol enrichi par du bois en décomposition, ils marquent l’emplacement de bâtiments utilisés pendant deux siècles pour la pêche commerciale de la morue. La rhubarbe, introduite dans la région par des missionnaires moraves au 18e siècle, pousse encore dans les concessions abandonnées.   

Bien que l’activité humaine réduise souvent la diversité végétale, c’est le contraire qui s’est produit ici. L’utilisation multigénérationnelle des terres a entraîné la formation de communautés de plantes particulières. 

Oberndorfer prépare un livre sur la relation entre les gens et les plantes à Makkovik, et la collectivité est ravie. « Erica a tiré profit des connaissances de cette collectivité dès le départ, dit Broomfield, et a fait le pont avec les connaissances scientifiques. »

Voici le plus récent numéro d’une série de blogues portant sur les questions polaires et la recherche connexe présentée par Canadian Geographic et Savoir polaire Canada, un organisme du gouvernement du Canada qui vise à approfondir les connaissances du Canada relatives à l’Arctique et à fortifier le leadership canadien en ce qui concerne la technologie et la science polaires. Pour en apprendre davantage, visitez canada.ca/fr/savoir-polaire.