• Mapping, atlas, Inuit, traditional knowledge, Carleton University, Nunavut, Clyde River, science, wildlife

    Mike Jaypoody enregistre une entrevue sur la terre avec Aisa Piungituq, une aînée de Clyde River, en vue d’intégrer ses connaissances des lieux-dits de la région dans l’atlas. (Photo : Robert Kautuk)

Un nouveau projet de cartographie à Clyde River (Nunavut) réunit des générations de connaissances inuites et des décennies de science en un clic de la souris. 

Le Centre du patrimoine et de la recherche Ittaq de Clyde River est à créer un atlas interactif avec le concours du Centre de recherche en géomatique et en cartographie de l’Université Carleton. L’atlas offre un accès facile à de l’information qui était jadis difficile à trouver ou qui n’avait tout simplement pas été consignée, y compris des études scientifiques de la région et des connaissances locales sur l’environnement, ainsi que sur les habitats fauniques, l’histoire et les lieux-dits. 

Au fil des siècles, les Inuits ont constellé leur terre et leur glace de mer de milliers de lieux-dits, dont la plupart ne figurent pas sur une carte. Connaître ces lieux-dits peut être la clé pour survivre à une urgence, comme un bris de motoneige dans un endroit isolé. 

« Nous utilisons le GPS et d’autres appareils », dit Mike Jaypoody, chercheur et technicien en TI chez Ittaq. « Mais s’ils ne fonctionnent plus, il faut pouvoir transmettre son emplacement par radio à la communauté. Une fois qu’ils ont le nom de l’endroit, les experts peuvent vous dire où trouver, par exemple, un refuge ou du gibier — et ils sauront où aller pour vous sauver si nécessaire. » 

Robert Kautuk (en avant, à droite) et Mike Jaypoody d’Ittaq rencontrent Peter Pulsifer et J.P. Fiset, chercheurs au Centre de recherche en géomatique et en cartographie (CRGC) à l’Université Carleton, pour travailler à la conception de modules pour l’Atlas des connaissances de Clyde River. (Photo : Dwayne Brown)

L’atlas en ligne, auquel la communauté aura accès plus tard en 2017, illustre plus de 300 lieux-dits dans la région de Clyde River et présente aussi d’autres informations recueillies par Jaypoody et son collègue Robert Kautuk : des vidéos d’aînés qui parlent de l’importance des lieux, de leurs caractéristiques principales et de leur usage passé, ainsi que des photos grâce auxquelles les plus jeunes peuvent se familiariser avec le paysage. 

« La carte présente une masse d’information par couches », dit Shari Fox Gearheard, géographe et chercheuse chez Ittaq. « Par exemple, vous pouvez cliquer sur une voie migratoire de narvals et ensuite écouter un chasseur expert de Clyde River expliquer l’importance et le comportement des narvals. Une fois l’atlas terminé, les habitants de la communauté pourront l’utiliser de nombreuses façons – planification, éducation et renseignements de fond essentiels pour l’examen de nouveaux projets de développement sur leur terre. » 

« Une fois l’atlas terminé, les habitants de la communauté pourront l’utiliser de nombreuses façons — planification, éducation et renseignements de fond essentiels pour l’examen de nouveaux projets de développement sur leur terre. »

Il est facile de transférer la technologie d’une communauté à l’autre. Le même système cartographique est maintenant utilisé à Cambridge Bay (Nunavut) et dans d’autres communautés inuites de l’Arctique et chez les Yupiks de l’Alaska. Pond Inlet, à l’extrémité nord de l’île de Baffin, prévoit un atlas similaire, et Gearheard et ses collègues s’y rendront pour montrer aux gens comment utiliser la technologie.

« Ittaq prône le leadership inuit en recherche – des recherches véritablement communautaires pilotées et réalisées par la communauté », dit Gearheard. « Voilà l’outil idéal pour ce genre de recherche : une technologie de pointe qui soutient le précieux savoir inuit. 

Voici le plus récent numéro d’une série de blogues portant sur les questions polaires et la recherche connexe présentée par Canadian Geographic et Savoir polaire Canada, un organisme du gouvernement du Canada qui vise à approfondir les connaissances du Canada relatives à l’Arctique et à fortifier le leadership canadien en ce qui concerne la technologie et la science polaires. Pour en apprendre davantage, visitez canada.ca/fr/savoir-polaire.